Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une bouteille à l'heure

par Bruno Carroy 8 Février 2010, 13:43 Le bec dans le verre

C'est à peu près ce qu'il faut compter pour une tablée de 6 amateurs et trices de vin...
Prenez l'autre soir, par ex., apéro à 19h30 avec un excellent Pouilly-Fuissé 2005 du domaine Valette, en compagnie d'un bon vieux gruyère d'alpage. Un vin toujours éclatant et plein de sève. Une valeur très sûre de l'appellation.

021.JPGEnsuite, un bouteille d'Hermitage blanc 2006 Sélection J.L. Chave pour continuer l'apéro et débuter avec une petite bocalinette de champignons marinés au vinaigre de Jerez & lentilles vertes aux zest d'orange. Le vin est encore un bébé, mais déja le caractère est bien affirmé, plus en puissance qu'en élégance, musclé mais au coeur généreux. Parfait pour la bocalinette (le prochain tube de l'été).

Puis, le temps de cuire les gros raviolis maison au crottin de chèvre et à la truffe noire, une bouteille de Chassagne-Montrachet 1995 de Chez Jean-Noël Gagnard. Un blanc de Bourgogne magnifique, racé, qui pris son temps pour s'ouvrir dans le verre, avec de belles notes nobles et miellées d'évolution. Une caresse pour le palais.

Après, toujours en Bourgogne avec un Nuits-St-Georges 1er Cru "Les Saints-Georges" 1998 de Chez H. Gouges. C'est un des crus les plus représentatifs de l'appellation dans son coté ferme et austère. Une belle bouteille, plus intello que sensuelle.

024.JPGAvec le poulet aux morilles, j'avais pensé blanc. Mais j'ai vu rouge. Un grand rouge. Un Barolo Monprivato 1996 de Chez Mascarello. Enorme. Racé, élégant, sensuel. Enorme.

Avec le pas de dessert, une bouteille de Banyuls Quintessence 2005 du domaine Coume Del Mas. Un vin complétement dans la continuité esthétique du Barolo, ou plus exactement entre le profil austère du Nuits-St-Georges et la sensualité du Barolo. Le sucre de ce vin muté est quasiment imperceptible, grâce à une noble tanicité et une finale cacao et petits fruits mûrs. Un vin de méditation. Encore jeune.

Toujours avec le pas de dessert, la deuxième bombe de la soirée : le Bonnezeaux 1995 Cuvée Anne de René Renou. Un liquoreux d'une grande finesse, sucre et minéralité ont tout simplement fusionnés... c'est fin, c'est gourmand, c'est frais, c'est racé. C'est énorme.

Enfin, palier de décompression avec un magnifique Sydre Argelette de chez Eric Bordelet. Un cidre élaboré comme un grand vin avec une vingtaine de variétés de petites pommes. Délicieux.

3h du matin, 8 bouteilles, tout le monde au lit.

BC

commentaires

Haut de page