Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ermitage Cathelin 1998, le grand vin absolu

par Bruno Carroy 2 Juin 2012, 18:34 Le bec dans le verre

Deuxième participation à une dégustation de grands vins organisée par Gilles Bogaerts, l’énergique et facétieux patron de la vinothèque 20G à Carouge (canton de Genève). 

 

575076_299127973510250_105165406239842_635249_1112405711_n.jpgLe principe: chacun apporte une (ou deux) grande bouteille et la partage avec une dizaine d’amateurs de vin. Dégustation à l’aveugle, avec ses avantages et ses inconvénients. 

 

Je n’ai pas le temps de faire un compte rendu détaillé mais voici, selon moi, les vins qui se sont distingués: Tout d’abord un très grand Chenin, Anjou Les Nourrissons 2008 de Stéphane Bernaudeau, tendu, fin, épicé (8.5/10). 

Un Domaine de Chevalier blanc 2005 au nez charmant de pêche de vigne mais encore un peu massif en bouche, l’alcool ressort un peu trop. Vin en devenir (le 2000 est grandissime) (8/10). 

Puis un OVNI au nez de wasabi, fruits confits, typé oxydatif, riche, volubile, ample et long en bouche: Un Compléter 2000 (cépage blanc des grisons...) d’Adolf Boner élevé 3 ans en barriques. Un Must et un coup de coeur (9/10).

 

481326_299127413510306_615466160_n.jpgEn rouge on attaque avec un Ch9 2009 du domaine Trintignant. Trop jeune, dissocié. Voir à l’évolution. Puis Ausone 1979, toujours là mais en phase descendante, un peu fragile mais  tiendra sa place avec une cassolette de cèpes... (6.5/10).

 

On va juste après en Bourgogne avec un Chambertin Clos de Bèze 2008 de chez Groffier, ça pinote grave avec une structure affirmée aux tanins encore vigoureux mais nobles. Un grand vin de garde. Moins probant que le Chambertin Clos de Bèze 2008 de chez Roch dégusté il y a peu (7.5/10, à revoir dans quelques années). 

 

Une belle surprise avec une Côte Rôtie la Mouline 98 de Guigal. Evoque plus un Hermitage à l’aveugle qu’une Côte Rôtie. C’est fin, encore sur les baies des bois, légèrement lactique. La matière est soyeuse et gourmande. Belle bouteille (8/10). 

 

536383_299127300176984_105165406239842_635233_1976272900_n.jpgPuis, comme une météorite équipée d’un système anti-radar ferait irruption dans notre biosphère nous sommes confrontés à l’un des 30 plus grands vins du monde! L’Ermitage Cuvée Cathelin 1998 de chez Chave. C’est énorme. Pris peu de notes mais me souviens de ce coté luzerne coupée, truffe et la petite touche lactique de la syrah. Quant à la bouche c’est juste magique d’équilibre et de profondeur. C’est rare, très rare. Le vin est introuvable. Une participante en a eu des frissons! Merci Pierre-Henri.

 

Pour faire une transition on déguste un vin de L’Etna, la cuvée Munjebel n°7 de Frank Cornelissen, un assemblage du millésime 2009 et 2010. Un vin vivant, avec une bonne vibration, encore dans une jeunesse tumultueuse. 

 

Après (encore le goût de la Cathelin dans bouche) on déguste un Barolo Rocche dell’ Annunziata Reserva 1996 de chez Scavino. Un bon nebbiolo, bien qu'un peu austère et sans la magie des plus grands (6.8/10). 

 

Retour en Bourgogne avec un Clos Vougeot 1998 d’Anne Gros . Une attaque un peu faible à mon avis et un petit 545693_299127366843644_105165406239842_635236_193258263_n.jpgmanque de chair. Le nez est plus intéressant avec une belle note de rose et un coté baies des bois fort sympathique (7/10). 

 

Puis un rare Saumur-Champigny «Le Bourg» 2004 du Clos Rougeard, toujours très bon mais décidément la cuvée Cathelin dégustée avant ne se fait pas oublier (7.5/10).

Retour en Italie avec un vin de Campanie, Terra Di Lavoro 2007, cépage Aglianico. Beau vin, faut aimer le style puissant des vins du sud de l’Italie mais celui-ci se distingue par une buvabilité pas si courante... Encore jeune, sera certainement grand dans quelques années. A suivre! (pas de note, je ne connais pas assez les vins de la région). 

 

Back to Bordeaux avec un Palmer 1996. Beau vin, sérieux, complet, aristocratique et raffiné (8/10). 

 

Un saut en Australie avec le vin icône, Penfold Grange 2001 (Syrah). Décevant ce soir là, manque d’homogénéité et sans la race attendue (6/10). J’ai entendu qu’il y avait eu des changements de stratégie chez Penfold’s... 

 

576561_299127356843645_915054058_n.jpgEt pour finir, un très grand Champagne, la cuvée Substance de Jacques Selosse :-) 

 

Elle est pas belle la vie? 

 

Sans oublier la pintade aux morilles du Coin de Campagne et les beaux fromages... 

 

Merci Gilles pour l’organisation et à Nathalie pour les photos! 

 

BC 

 

commentaires

Haut de page