Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

39 ans après

par Bruno Carroy 28 Août 2006, 16:30 Le bec dans le verre

Quand Suduiraut – 1er Cru Classé de Sauternes - et moi avons vu le jour en 1967,  il n’y avait pas encore la télé couleur et les ordinateurs étaient encore si volumineux qu’ils ne passaient pas la porte de la grange ! Un gros poste TSF trônait au milieu de la pièce à vivre, ou du salon selon la classe sociale, et diffusait des nouvelles du Vietnam ainsi que la dernière chanson des Beatles « All You Need Is Love ». La pilule contraceptive était enfin autorisée à la vente ouvrant ainsi le joyeux bal de la révolution sexuelle et tout le monde s’échauffait pour les événements de mai 68. Le tissu rural était déjà bien élimé et le paysage agricole bien tourmenté après le remembrement du territoire en 1965. Bourvil et De Funès venaient de jouer dans La Grande Vadrouille. Ma grand-mère allait chercher des œufs frais tous les matins dans son poulailler et du lait cru à la ferme d’à coté.
39 ans après, à l’époque des œufs en tube (si, si…), nous nous sommes donc retrouvés pour faire le point.

Il n’a pas pris un cheveu gris (lui !), sa robe est plutôt vieil or et ses arômes sont tout en délicatesse et en discrétion :
zest d’agrumes confits, chair de pêche, petite touche de caramel au lait, fines notes florales et minérales. Le nez n’est pas aussi envoûtant que je l’aurais souhaité mais j’apprécie le coté fondu et la fraîcheur des arômes.

La bouche est moyennement intense, moelleuse et riche avec une texture douce. Le vin tendrait vers une certaine mollesse si la fin de bouche n’était pas marquée par une légère amertume positive qui apporte du relief et du caractère. Arômes de quinine et de zest d’oranges confits en finale.

En conclusion ce grand vin liquoreux de 39 ans est très agréable, doux et aimable, avec encore un bon potentiel de garde. Il lui manque aujourd’hui la grâce et l’esprit des plus grands mais quelques années de vieillissement supplémentaires devraient lui donner un  supplément de complexité.

Certains grands vins liquoreux, conservés dans d’excellentes conditions, peuvent se bonifier sur plus d’un siècle ! A suivre donc…
A noter que 67 est un très grand millésime à Sauternes, le Château d’Yquem atteint 1500 euros la bouteille.

Accords mets et vins :
les grands vins liquoreux se suffisent à eux même !
Conseil : carafer ce vin quelques heures à l’avance.

Bruno Carroy

commentaires

Saveurs Sucrées Salées 21/09/2006 22:18

Décidement, quelle année extraordinaire que celle là !!! Oui, moi aussi...

Eric 14/09/2006 16:19

Nous sommes du même millésime ;o)
Je n'ai bu que deux suduiraut dans ma vie: un 1945 et un 1997. Le deux m'ont vraiment réjoui l'âme! Longue vite  à votre blog :o)

Haut de page