Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Volnay 2001 Michel Lafarge

par Bruno Carroy 16 Août 2006, 14:42 Le bec dans le verre

La dégustation commence avec l’imaginaire. Le domaine Michel Lafarge est un des meilleurs domaines traditionnels de Volnay et les vignes sont en culture biodynamique. L’étiquette est délicieusement classique, écriture dans le style ancien, calligraphiée sur un fond crème. Des feuilles de vignes dorées surmontent un blason avec des armoiries. Les neurones travaillent, la mémoire fonctionne et fait des rapprochements. Le cerveau anticipe, met des schémas en place. L’affaire se présente bien.

C’est un 2001, un bon millésime. Plus équilibré et typé que 2003, plus ouvert que 2002.
Le vin sera servi à environ 15°/16° (plus chaud, on perd en finesse et en fraîcheur) dans des grands verres Spiegelau
La robe est moyennement soutenue, plutôt légère, rubis avec quelques nuances orangées. La couleur peu soutenue est assez typée du cépage pinot noir vinifié traditionnellement.
Le premier nez est discret, sur la réserve : minéral, fruits rouges, notes florales et une petite touche de poussière. En bouche, le vin se présente un peu étriqué, manque de définition et d’amplitude. Ca bouchonne du coté des synapses, le cerveau s’étonne, doute, puis se rassure :
2001, malgré la grêle par endroits (Volnay, Pommard, Meursault),  est un bon millésime de garde en Bourgogne, il est naturel que ce vin ne se livre pas dès l’ouverture. C’est même plutôt rassurant, un Volnay 2001 ne devrait pas être tout à fait prêt à boire 5 ans après ! Quant au coté poussiéreux, on le retrouve parfois dans les vins élevés en vieux foudre.
Après une bonne demi-heure de carafe, les arômes s’affirment et s’affinent. Le fruité prend le dessus, devient éclatant, dominé par la griotte et le cassis. La minéralité tient ses promesses et signe le vin issu d’un terroir noble.
Le coté poussiéreux a presque disparu. En bouche aussi le vin se réveille, il prend de l’épaisseur et de l’amplitude. Les tanins sont fins et encore un peu fermes, l’acidité est encore en peu saillante mais l’équilibre se fait bien avec un moelleux de plus en plus présent à l’aération. La finale est assez longue, marquée par la griotte et la minéralité. On se fait plaisir.

En résumé :
un vin racé et typé de son appellation, finesse et équilibre, avec une certaine puissance. Les éléments ne sont pas encore fondus et les arômes sont encore juvéniles. On imagine un potentiel de garde de 7 à 10 ans.

*Le Volnay « vendanges sélectionnées » 1999 du même domaine présente une robe plus jeune que le 2001… avec plus d’étoffe, de gras et de maturité. Je préfère cependant la droiture du « villages » 2001. Le Volnay 1er Cru « Clos des Chênes » 2004 dégusté au domaine est, malgré un millésime difficile,  d’une autre trempe. Fruité intense et pur, bouche fraiche et droite, tendue. Belle longueur avec un tanin d’une grande finesse. La matière n'est pas celle des grands millésimes mais on gagne en fraicheur et buvabilité. L’A.O.C Bourgogne rouge du domaine est une valeur sûre, les 98 se goûtent bien aujourd’hui et le croquant 2004 est plein de promesses. Le Meursault 2004 semble un cran en dessous du reste de la gamme, un peu fluet et sans l’éclat attendu.

Accord mets et vins :
viandes blanches au jus, risotto aux bolets, ris de veau, foie de veau poêlé.

Trouver ce vin :
les vins du Domaine Michel Lafarge sont vendus à Genève par l’excellent caviste Dominique Coumaros, le Goût du Vin Sarl, 8 rue des Vieux Grenadiers. Tel. 022 328 30 28.

* Commentaires de mémoire, sans notes prises sur place.

Bruno Carroy

commentaires

Haut de page